mercredi 10 septembre 2014

le jour où

Un petit aphorisme, dans la série des "le jour où" de CarnetParesseux qui m'a fait bien rire !

Le jour où j’ai rompu avec Georges, j’ai cru que, comme sur facebook, une fois que je l’aurais banni de la liste de mes amis je n’entendrais plus parler de lui.
J’avais juste oublié qu’il habite dans ma rue… Je le croise tous les jours !



11 commentaires:

  1. On ne pas bannir nos voisins de nos murs...:)

    et merci d'être passé emprunter "le jour ou" !

    RépondreSupprimer
  2. Heureux sont ceux qui n'ont plus besoin de voir pour oublier, (m'enfin je m'interroge sur la profondeur de leurs sentiments quand même, hein ?)

    RépondreSupprimer
  3. T'as rompu avec Georges?? Et on ne m'en a rien dit ?!! C'est un comble.

    RépondreSupprimer
  4. Et puis, c'est qui Georges ?
    Et DD, il est au courant ?

    RépondreSupprimer
  5. merci de vos passages ici !
    je n'ai même pas pris la peine de répondre... c'est moche !
    je plaide coupable :-)

    RépondreSupprimer
  6. Merci pour la découverte de carnetsparesseux. Bien raccord avec ton caractère primesautier (oui, je me permets, après une aussi longue absence) :-)

    RépondreSupprimer
  7. Pense à lui souhaiter la bonne année ;-) Meilleurs vœux à toi !

    RépondreSupprimer
  8. C'est vrai ça, t'es où ? ça va ?

    RépondreSupprimer
  9. je suis là mes chers amis Berthoise et Zigmund !
    et je vais bien !
    mais j'ai une flemme bloguesque incommensurable ;-)
    j'espère que vous aussi vous allez bien, et je vous embrasse :-*

    RépondreSupprimer